Accidents vasculaires Cérébraux


Le 16/10/2021 de 09:00 à 11:00


Président(s): Alain Yelnik (Paris);

Retour Session

CO073

Evolution de la sensibilité posturale aux stimulations sensorielles six mois après AVC.

Chiara De Marco (Paris, France), Emna Jelili (Paris, France), Marylène Jousse (Paris, France), Sophie Tasseel Ponche (Amiens, France), Isabelle Bonan (Rennes, France), Alain Yelnik (Paris, France)

Objectif : En phase subaiguë d’AVC, une sensibilité excessive du contrôle postural aux perturbations sensorielles est retrouvée (Bonan, 2015). Nous avons étudié son évolution à long terme.

Matériel/Patients et méthodes : La sensibilité aux perturbations sensorielles a été évaluée chez 30 patients (58 ans (SD= 9,3)) après AVC dès la station debout possible, à un mois, puis six mois plus tard (7,7 mois ±0,8), en mesurant le déplacement du centre de pression lors de stimulations proprioceptives, visuelles et vestibulaires. Un score pour chaque stimulation est obtenu et chaque patient est classé selon une catégorie de sensibilité définie à partir des témoins : peu sensible, sensible, très sensible.

Résultats : Les patients présentent des scores plus faibles aux stimulations que les sujets sains (traduisant une plus grande sensibilité), initialement et six mois plus tard (p<0,01). Les scores proprioceptifs et vestibulaires s’améliorent au cours du temps (p<0,001), le score visuel reste constant. Initialement 47% des patients sont sensibles ou très sensibles aux stimulations proprioceptives, 73% aux stimulations visuelles et 70% aux stimulations vestibulaires. Une sensibilité visuelle ou vestibulaire est associée à un moins bon équilibre (p<0,01). Après six mois, pour chaque stimulation, deux tiers des patients restent dans leur catégorie, un quart deviennent moins sensible et une minorité plus sensible.

Discussion - Conclusion : La sensibilité aux perturbations sensorielles après AVC est corrélée à un mauvais équilibre, reste élevée au-delà des 6 mois, et le comportement des patients est encore fluctuant, reflétant un potentiel de plasticité qui doit pouvoir être mis à profit par la rééducation.

Mots clés : accident vasculaire cérébral, contrôle postural, stimulation sensorielle, dépendence visuelle.