MPR et Covid 2


Le 15/10/2021 de 16:00 à 18:00


Retour Session

CO048

Effets et conséquences du confinement lié à la pandémie de COVID-19 sur l’activité physique chez des patients atteints de pathologies neurologiques chroniques (Sclérose en plaques, Maladie de Parkinson et Fibromyalgie). Etude PhysiCOVID.

Amandine Helfer (Strasbourg, France), Charles Evrard (Strasbourg, France), Etienne Fellous (Strasbourg, France), Magali Schultz (Strasbourg, France), Thomas Greiner (Strasbourg, France), Alain Calmat (Paris, France), Daniel Riviere (Toulouse, France), Fabien Pillard (Toulouse, France), Marie-Eve Isner-Horobeti (Strasbourg, France), Jehan Lecocq (Strasbourg, France)

Objectif : Le premier confinement imposé par la pandémie de COVID-19 a limité la pratique des activités physiques (AP). Le risque encouru semble plus important chez les patients atteints de pathologies chroniques. L’étude PhysiCOVID avait pour objectif d’évaluer l'impact du confinement sur le niveau d’AP chez des patients présentant une pathologie chronique et chez des sujets sains. Son retentissement sur l’état psychique, le sommeil et l’alimentation a été évalué secondairement.

Matériel/Patients et méthodes : PhysiCOVID est une étude observationnelle multicentrique comparant des patients suivis dans des programmes Sport-Santé et des sujets sains sportifs. Les sujets ont été évalués à la sortie du confinement sur questionnaire téléphonique et par auto-questionnaires validés.

Résultats : 499 sujets ont été inclus : 269 sportifs et 230 patients dont 65 atteints de pathologies neurologiques (Maladie de Parkinson (MP), Sclérose en plaques (SEP), Fibromyalgie). Ce travail s’intéresse aux résultats chez ces patients. Avant confinement, la kinésithérapie et la pratique seul constituaient pour eux les modalités principales d’AP. Pendant le confinement, 2 patients ont bénéficié d’une AP encadrée. Le nombre de patients MP s’entrainant seul a augmenté. Ce nombre a légèrement diminué dans les deux autres pathologies. Le nombre de séances hebdomadaires toute modalité a diminué. Après confinement, ce nombre est au moins égal à l’avant confinement sauf pour la Fibromyalgie.

Discussion - Conclusion : Malgré les technologies existantes, la fermeture des cabinets de kinésithérapie n’a pas été relayée par une prise en charge distancielle. Les patients neurologiques de cette notre étude ont majoritairement poursuivi leur entraînement seul. Ceci souligne l’importance d’avoir été préalablement suivi dans des programmes Sport-Santé.

Mots clés : Confinement, Pathlogies neurologiques, Sport-santé