Neuro-urologie


Le 15/10/2021 de 15:30 à 17:30


Retour Session

CO046

La dysurie des patientes avec kystes périneuraux est-elle complètement expliquée par l’atteinte radiculaire sacrée ?

Claire Hentzen (Paris, France), Gérard Amarenco (Paris, France), Sara Simeoni (Londres, Angleterre), Ekawat Vichayanrat (Londres, Angleterre), Prasad Malladi (Londres, Angleterre), Jalesh Panicker (Londres, Angleterre)

Objectif : L’imputabilité des kystes périneuraux dans les troubles urinaires est difficile à établir. L’objectif était d’évaluer la concordance entre la symptomatologie urinaire et les tests neurophysiologiques périnéaux (TNPs) dans une cohorte de patientes avec kystes périneuraux.
 

Matériel/Patients et méthodes : Les données cliniques et paracliniques des patientes adressées pour TNPs dans le cadre de kystes périneuraux supposés symptomatiques ont été revues rétrospectivement. Étaient recueillies les données de l’évaluation clinique, de la débitmétrie, du bilan urodynamique si réalisé, des TNPs.
 

Résultats : Soixante-quatre patientes ont été inclues (âge moyen 51,9 +/- 12,1 ans). La grande majorité présentaient des douleurs radiculaires ou lombaires (91%), et 92% rapportaient des troubles urinaires, d’importance et de typologie variable (urgenturies 70%, dysurie 65%, incontinence urinaire sur urgenturies 48%, incontinence urinaire à l’effort 45%). Aux TNP, 25 patientes avaient des potentiels évoqués somesthésiques pudendaux anormaux, 30 des potentiels évoqués somesthésiques par stimulation dermatomale (S2 et/ou S3) anormaux, et 27 des anomalies à l’électromyographie du sphincter anal externe. Ces anomalies n’étaient pas associées à une plainte de dysurie ou à des paramètres de débitmétrie anormaux. Seule la prise d’antalgique de pallier 2 ou de type gabamimétique était associée à la dysurie (p=0,03), sans association avec une altération de la débitmétrie. Vingt-huit patientes avaient eu un bilan urodynamique. Parmi les 13 présentant une altération de la sensibilité vésicale, 12 avaient au moins un TNP anormal (p=0,08).
 

Discussion - Conclusion : L’imputabilité directe des kystes périneuraux dans la dysurie reste incertaine. L’impact des antalgiques fréquemment utilisés doit être pris en compte dans l’évaluation de ces patients.
 

Mots clés : "kyste périneural"; "dysurie"; "neurophysiologie"; "atteinte neurogène" 

Liens d'intérêts : Le Dr Claire Hentzen déclare avoir reçu un soutien financier par le biais d'une bourse de recherche de la SOFMER et de la Fondation de l'Avenir pour la réalisation de ce travail. Dr  Jalesh N Panicker is supported in part by funding from the United Kingdom’s Department of Health NIHR Biomedical Research Centres funding scheme