Sclérose en plaques


Le 15/10/2021 de 11:00 à 12:00


Retour Session

CO023

NUTRISEP : évaluation de l’état nutritionnel des patients atteints de sclérose en plaques et lien avec la fatigue

Cécile Donze (Lomme, France), Caroline Massot (Lomme, France), Olivier Derepeer (Calais, France), Patrick Vermersch (Lille, France), Gilles Defer (Caen, France), Abdullatif Alkhedr (Amiens, France), Brigitte Dubus (Raimbeaucourt, France), Patrick Hautecoeur (Lille, France)

Objectif : La fatigue est fréquente au cours de la sclérose en plaques (SEP). Une des causes évoquées pourrait être la dénutrition plus fréquemment rencontrée dans cette pathologie. L’objectif de cette étude est de rechercher un lien entre la fatigue et l'état nutritionnel des patients atteints de SEP.
 

Matériel/Patients et méthodes : Une étude prospective, transversale, multicentrique est conduite auprès de patients suivis en neurologie et MPR de la région Nord-ouest entre 2016 et 2018. La fatigue est évaluée par l’EMIF-SEP, l'état nutritionnel par le bilan biologique. Sont évaluées également les données cliniques, les troubles de déglutition et du goût, la dépression, le sommeil et les habitudes alimentaires.  Après une analyse descriptive, une recherche de facteurs prédictifs de fatigue est effectuée par une analyse bivariée enfin une analyse multivariée est réalisée.
 

Résultats : 352 patients d’âge moyen 48,1 ans et 15,3 ans d’évolution de maladie avec un EDSS médian à 4, ont été analysés. 42,3% avaient un score à l’EMIF-SEP>55. Une carence était observée pour les vitamines D (94,2%) et B12 (18,8%). L'EDSS élevé, la dépression, les troubles du sommeil, la prise d’antalgiques, d’antidépresseurs, de somnifères et d’immunosuppresseurs étaient des facteurs prédictifs de fatigue. Le risque de fatigue était multiplié par 5 en cas de dépression moyenne, par 7.6 si modéré à sévère, par 3.7 si prise de somnifères et par 1.77 en cas de prise d’antalgiques.
 

Discussion - Conclusion : Cette étude ne retrouvait pas d’impact des carences nutritionnelles sur la fatigue, seules la dépression, la prise de traitements sédatifs et antalgiques étaient des facteurs aggravant la fatigue dans notre population.
 

Mots clés : sclérose en plaques
fatigue
nutrition
carence

Liens d'intérêts : pas de liens d'intérêt