SFERHE/Sofmer 1: développement précoce de la sensorimotricité et paralysie cérébrale


Le 15/10/2021 de 11:00 à 12:30


Retour Session

CO010

Évaluation du traitement proprioceptif spino-cortical chez l'enfant de 1 à 4 ans avec paralysie cérébrale unilatérale spastique (PCU) à l'aide de la cohérence cortico-cinématique (CKC), une étude observationnelle avec électroencéphalographie haute densité (EEG-HD).

Josselin Demas (Angers, France), Mathieu Bourguignon (Bruxelles, Belgique), Xavier De Tiège (Bruxelles, Belgique), Vincent Wens (Bruxelles, Belgique), Nicolas Coquelet (Bruxelles, Belgique), Antonin Rovai (Bruxelles, Belgique), Sandra Bouvier (Brest, France), Rodolphe Bailly (Brest, France), Sylvain Brochard (Brest, France), Mickael Dinomais (Angers, France), Patrick Van Bogaert (Angers, France)

Objectif : Développer un marqueur électrophysiologique de l’intégrité des voies spino-corticales proprioceptives basé sur la cohérence cortico-cinématique (CKC) chez les jeunes enfants atteints de PCU, chez qui les mesures comportementales ne sont pas applicables.
 

Matériel/Patients et méthodes : Les signaux d'EEG de 12 enfants avec PCU âgés de 19 à 57 mois ont été enregistrés à l'aide de 128 canaux pendant que leurs doigts étaient mobilisés à 2 Hz lors de sessions distinctes pour les deux mains. La cohérence entre la cinématique des doigts et les signaux EEG (c'est-à-dire la CKC) a été calculée au niveau des senseurs et des sources. Les pics de CKC obtenus pour les mains affectées et non affectées ont été comparés en termes de localisation et d’intensité. La relation entre l'intensité du CKC, le côté de la lésion, le type de lésion et le niveau d'habileté manuelle a aussi été étudiée.
 

Résultats : Au niveau individuel, un pic significatif de CKC dans la zone centrale controlatérale à la main mobilisée a été trouvé chez tous les enfants avec leur main non affectée et chez 8 des 12 enfants avec leur main affectée. Au niveau du groupe, la CKC des mouvements de la main affectée était plus faible que la CKC des mouvements de la main non affectée. Cette différence était influencée par le type de lésion.
 

Discussion - Conclusion : La CKC est mesurable par EEG chez les jeunes enfants avec PCU et fournit des preuves électrophysiologiques de l'altération du traitement spino-corticaux proprioceptifs dans l'hémisphère cérébral lésé, particulièrement chez les enfants présentant des lésions cortico-sous-corticales.
 

Mots clés : paralysie cérébrale, cohérence cortico-cinématique, proprioception, électroencéphalographie, plasticité cérébrale, cartographie sensori-motrice  

Liens d'intérêts : Aucun